Facebook et les « infos utiles »

Source: https://www.facebook.com/business/news/place-tips-for-businesses Le terme et les logos Bluetooth® sont des marques déposées par Bluetooth SIG, Inc. et utilisées sous licence par Facebook.

Facebook a lancé un service pour renforcer son offre auprès des commerces (après le « local awareness Ads »). Il s’agit de communiquer via l’application Facebook, directement auprès du client potentiel, quand ce dernier passe à proximité du point de vente. Ce système n’est pas nouveau, il existe depuis plusieurs années, via une borne Bluetooth un passant recevait une notification (les capteurs Beacon). Apple l’utilise depuis 2013. Mais ce système n’a pas été plus loin que les grandes métropoles, il pouvait être trop intrusif. En effet, les commerçants pourraient être tentés d’en abuser en inondant les smartphones d’informations.

Alors que Facebook dans le soucis d’améliorer l’expérience de l’utilisateur ( utilisateur: produit qui dérive doucement vers le client) utilisera ses données sur l’utilisateur pour lui propulser des informations de l’annonceur liées à ses intérêts. La puissance de la machine sociale sera sûrement une réussite puisqu’elle permet de délivrer un message et de le contrôler à tout point de vue (contenu, fréquence…).

La condition pour bénéficier des « infos utiles » est de permettre à Facebook de nous géolocaliser.

De son côté la boutique utilisera le « beacon », balise Bluetooth qui prévient via un signal, l’application Facebook de la présence de l’utilisateur.


On comprend où Facebook (arrivé à maturité) veut en venir, il anticipe sur la concurrence et voit chez les petits commerçants (comme l’a fait Google) une cible qui lui permettra de se relancer.

Revenons sur la notion de dérive de l’utilisateur. De produit, doucement il devient client. Client de quoi me direz-vous? Client de l’information. Facebook récolte de la data mais pour cela il a besoin d’une source de data (nous). Mais l’usager est grandement sollicité, et fournit généreusement à qui lui demande gentiment,  les données personnelles. Donc Facebook n’a plus l’exclusivité de ces datas. Il doit donc développer des services, des avantages au bénéfice de ses abonnés, pour les fidéliser, problématique marketing. Il devient donc un marchand qui offre des services informationnels (« des jeux, de la musique, des facilités d’accès, des news ») en échange d’autres « news » (datas). L’information est à la fois le produit et la monnaie et nous en sommes les clients. N’est-ce pas le principe de la bourse? Facebook serait-il une grande plateforme boursière de l’information? Bref.

Donc le modèle de Facebook et sa réussite se base sur le savant camouflage des publicités dans la timeline (liens sponsorisés). On accorde de la valeur à une information recommandée par un ami. A ce moment une publicité recommandée peut-être aussi intéressante qu’une actualité et parfois plus. Rappelons que l’information devient utile en raison de l’usage voulu par l’utilisateur. L’information utile ou documentaire est liée à l’usage et pas à la nature ou la forme de l’information. 

Une publicité est-elle alors une « info utile »?

Difficilement classable dans la typologie de Hubert Frondin  (voir présentation en annexe). Elle n’a pas vraiment de valeur, elle n’est pas vraiment recherchée, n’est pas non plus engageante mais elle représente malgré tout un avantage parfois. Elle est éphémère et elle peut être durable car conservée, reprise pour comparée et gratuite selon le média.

Tout dépend en fait de la volonté de l’utilisateur et c’est là que Facebook a une longueur d’avance, car il peut anticiper au plus près dans le temps et dans l’espace les besoins d’un usager. A condition que ce dernier l’accepte et qu’il communique sur sa condition de consommateur en attente de bons plans.

Facebook rend (et c’est son intérêt) la publicité utile et valorisante, car elle crée un 2ème canal de communication en déployant un espace privilégié réservé à ceux qui ont la culture shopping (Oui si tu n’actives pas ta géolocalisation tu ne profites pas des offres spéciales « infos utiles »).

Facebook joue sur notre perception et gomme les frontières de l’information, que la législation a mis en place pour protéger le consommateur. La question est de savoir si c’est de la volonté de l’utilisateur ou à son insu?

Sources qui ont inspiré cet article:

Facebook

Isabelle Mathieu,emarketinglicious.fr

SocialShaker

 

Annexe: Rappelons les différentes formes d’informations (source: Université de Montpellier)

  • L’information de renseignement: utilité est immédiate (horaires de train par exemple)
  • L’information plus durable : qui nourrit nos connaissances

Mais aussi :

  • L’information médiatique : actualités, nouvelles produites par les média.
  • L’information scientifique et technique (IST): information spécialisée qui est caractérisée par son contenu scientifique et professionnel ou encore stratégique. Produite par des spécialistes pour des spécialistes.

L’information peut donc être conçue/recherchée en vue de plusieurs usages :

  • Nourrir une réflexion
  • Effectuer une tâche
  • Prendre une décision

= l’information devient utile en raison de l’usage voulu par l’utilisateur. L’information utile ou documentaire est liée à l’usage et pas à la nature ou la forme de l’information.

Mais aussi

  • Pour se distraire, se détendre
  • Pour s’évader, se délecter

= l’information pourrait être qualifiée de « distractive », sa recherche dans cet objectif étant plus liée à la subjectivité.

Hubert Fondin distingue :

  • L’information utile et éphémère = information pratique, renseignement ayant peu de valeur dans la durée ou du moins devant être actualisée à des rythmes rapides.
  • L’information utile et durable = Information scientifique et technique, information spécialisée
  • L’information gratuite et éphémère = information d’actualité
  • L’information gratuite et durable = information culturelle (arts).

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.